C'est un peu terrifiant de voir que mes deux dernières notes sont des hommages à ceux qui partent. Le hasard de la vie sans doute. Au même moment que Guillaume Depardieu, mais bien plus discrètement, s'en va Françoise Seigner.

Peu d'entre vous la connaissent. Ceux qui ont été au theâtre peut-être...

Françoise est importante pour moi puisqu'elle a été celle qui m'a mis le pied à l'étrier au Françis alors que j'étais élève du conservatoire.

Elle m'a engagé après audition pour répéter à la place d' un des acteurs de sa nouvelle mise en scène de Nicomède. Et pour eventuellement le remplacer si il n'était pas capable d'assurer des représentations.

J'ai finalement joué tous les soirs ce rôle magnifique d'Attale à la comédie Française avec Christine Fersen et Jean-Pierre Bouvier grâce à sa determination et à son envie. Nous nous sommes ensuite cotoyé durant plusieurs années, nous avons joué ensemble et j'ai toujours gardé une tendresse particulière pour cette femme au caractère si fort et si intransigeant. Elle m'a donné ma chance et sans elle peut-être ne serais-je jamais rentré au français...

C'est une page importante de l'histoire de la maison qui se tourne et qui disparait avec elle. Elle a marqué de son talent toute une époque comme son père avant elle et sa nièce aujourd'hui..

Au revoir Françoise...

Comment